Les Pétrels de Barau : comment se portent-ils ?

Les Pétrels de Barau : comment se portent-ils ?

Les premières colonies de Pétrels de Barau ont été découvertes il y a plus de 20 ans et sont suivies très régulièrement depuis 2007. Les méthodes de luttes contre les prédateurs introduits et les protocoles ont évolué. Cependant, ces années de suivi ont permis de voir de nettes améliorations sur la survie de nos pétrels !

Des actions !

La sauvegarde du Pétrel de Barau se passe à plusieurs échelles. Lors de leur retour de migration, ces oiseaux survolent l’île du battant des lames au sommet des montagnes, les actions contre les menaces doivent donc être menées sur tout le territoire ! La diversité des menaces et de leur localisation implique alors d’agir à plusieurs échelles.
À l’échelle des colonies, les équipes mettent en place des campagnes de luttes contre les prédateurs introduits qui consistent à dératiser les abords des colonies et à réaliser un contrôle des populations de chats. Ces actions sont menées tout au long de l’année pour maintenir une sécurité sur les sites et sont intensifiées lors de la période de reproduction.
À l’échelle de l’île, la pollution lumineuse sévit et chaque année ce sont plus de 2500 oiseaux (puffins et pétrels) qui s’échouent. Le réseau de sauvetage de la SEOR se mobilise alors pour prendre en charge ces oiseaux. En amont, un travail est également effectué avec les collectivités et acteurs du territoire pour envisager la mise en place d’une stratégie de lutte contre la pollution lumineuse. Ces discussions sont impulsées entre autres par l’événement « les Nuits sans lumière », qui promeut l’extinction au moment du pic d’envol des Pétrels de Barau.


La pollution lumineuse à La Réunion © S. Michel

Un suivi !

Aujourd’hui bien rodées, les actions de suivi sur les colonies appliquent un protocole précis qui a été affiné et optimisé avec le temps. Plusieurs expéditions par an, un contrôle des pétrels au terrier sur une zone déterminée et un bagage des pétrels inconnus sont tous les ingrédients nécessaires à un suivi de ces oiseaux longévives. Les jeunes pétrels recueillis par le réseau de sauvetage sont également bagués au moment de leurs échouages. Si certains résultats ne sont interprétables qu’au bout de longues années, d’autres nous donnent déjà de précieuses informations sur la survie des jeunes pétrels par exemple !
De nouveaux protocoles de suivi ont récemment été mis en place par balise ARGOS. Ceci nous a permis d’en apprendre plus sur les trajets en mer des jeunes Pétrels de Barau. À l’échelle locale, l’enregistrement des trajectoires effectuées sur l’île nous donne des éléments de réponses pour mieux comprendre les échouages. Ainsi, la réattraction des pétrels de la mer vers la terre lors de leur départ en migration a été mis en évidence. Cette meilleure compréhension donne alors des clefs pour engager des discussions avec les collectivités et mettre en évidence la nécessité d’une action à l’échelle du territoire.

La population de Pétrels de Barau, se porte-t-elle bien ?

Cette question difficile, à laquelle nous ne pouvons répondre sans nuances, nous est souvent posée. Dans la globalité, nous pouvons dire que la population se porte mieux qu’au moment de leur découverte, nous pouvons l’affirmer grâce à 3 indicateurs :
– Le nombre de cadavres sur colonies : « au moment des premiers suivis réalisés au cours de ma thèse, nous ramassions des centaines de cadavres de pétrels sur les colonies. Aujourd’hui la menace est encore présente, mais nous constatons que les cadavres de pétrels sont passés de quelques centaines à quelques dizaines, preuve que le travail mené sur le terrain est efficace ! » Patrick Pinet, coordinateur de programme LIFE+ Pétrels
– Le nombre de nouveaux terriers : les jeunes pétrels sont fidèles à leur lieu de naissance. Au moment de se reproduire, ils reviendront sur leur colonie d’origine. La précision du suivi réalisé actuellement nous permet de dénombrer de nouveaux terriers chaque saison
-Le succès de reproduction : nos résultats montrent que le succès de reproduction des Pétrels de Barau est relativement stable depuis 10 ans. La population serait même en croissance car malgré un contrôle relativement constant des populations de pétrels au cours des missions de terrain, le nombre d’échouages augmente, ceci pourrait alors signifier une augmentation de la population ( Grzegorczyk E., 2019)

Pétrel de Barau en vol © K. Peltier

Une dynamique est en place pour la sauvegarde de nos pétrels. Toutes les études réalisées sur l’espèce ont permis de faire évoluer la stratégie de protection, si ce travail est déjà bien avancé chez nos Pétrels de Barau, il y a encore beaucoup de travail chez le Pétrel noir de Bourbon !

Connexion
Authentification