Les jeunes Pétrels de Barau ne sont pas tous imperméables!

Dans l’envol#06, nous avions abordé les trajets effectués par les jeunes Pétrels de Barau, lors de leur première migration, suivie par Balise Argos. L’objectif de cette étude était de découvrir et de comprendre leur trajet lors de la première migration. Cependant, cette étude n’a pas fini de nous surprendre, puisqu’elle a permis de révéler un problème chez une partie des jeunes Pétrels de Barau, récemment publié dans Journal of Avian Biology. Retour sur cette découverte avec Jérôme Dubos, Ingénieur d’étude au sein de l’équipe LIFE+ Pétrels.

Comment faites-vous pour suivre la migration des jeunes Pétrels de Barau ?

Pour suivre les jeunes Pétrels de Barau, nous attachons des balises ARGOS solaires de 5g sur le dos des jeunes prêts à prendre leur premier envol. Cette étude est menée en collaboration avec Henri Weimerskirch, qui pilote le programme EARLYLIFE pour le CNRS de CHIZE. C’est la deuxième année consécutive que nous collaborons.

Qu’avez-vous découvert avec ces suivis Argos ?

Lors de la première année de suivi, en Mars-Avril 2017, nous avons déployé 10 balises sur des jeunes pétrels de Barau prêts à l’envol sur les colonies. Les balises ont été scotchées sur des plumes du dos, comme cela est souvent fait sur les autres espèces. Les résultats ont été surprenants, car 6 balises ont arrêté d’émettre 2 à 36h après leur premier envol et seuls 4 jeunes ont pu être suivis quelques semaines et se sont tous dirigés vers le nord. Suite à la perte rapide de la transmission de 6 balises, nous nous sommes interrogés sur les 2 hypothèses principales pouvant expliquer ce phénomène : le détachement rapide de la balise ou la mort de l’individu. Nous avons donc réfléchi à un nouveau système d’attache avec des petits harnais, empêchant la perte rapide de la balise. En parallèle, nous nous sommes aussi interrogés sur les causes possibles d’une mortalité rapide des jeunes. En discutant avec les bénévoles du réseau de sauvetage de la SEOR, du centre de soins et des pécheurs, plusieurs observations concordantes de jeunes pétrels se noyant en mer nous ont été remontées. Même si cette information semblait étrange pour des oiseaux marins, nous tenions alors une piste à explorer.

Et alors qu’avez -vous mis en place?

Pour tester cette hypothèse, un protocole simple a alors été imaginé par Henri Weimerskirsch du CNRS de Chizé. Quelques pétrels sur colonie ont été pesés puis mis dans l’eau 20 secondes, retirés de l’eau 5 secondes et pesés à nouveau pour mesurer la différence de poids et, ainsi, déterminer la quantité d’eau que le pétrel aura gardé dans ses plumes . Cela permet de donner son indice de perméabilité, variant de 0g à 25g d’eau retenu.
Suite à ce test, neuf individus ont été équipés de balises ARGOS. Sept d’entre eux ont été choisis avec un plumage parfaitement étanche, et 2 avec une étanchéité nettement moins bonne. Les résultats de l’étude ont alors été meilleurs que l’année précédente puisque seuls 2 pétrels ont arrêté d’émettre jusqu’à 63h après leur envol, ces 2 pétrels étaient également ceux qui avaient le moins bon indice d’étanchéité. Les autres oiseaux au plumage étanche, eux, n’ont pas eu de soucis d’émission. Ainsi, depuis avril 2018, ont parcouru de très grandes distances et sont même allés jusqu’en Indonésie et Australie.
Il a ensuite fallu approfondir ces résultats.

Qu’avez-vous donc fait pour confirmer votre hypothèse ?

Pour parfaire cette étude, nous avons travaillé en étroite relation avec le réseau de sauvetage de la SEOR, et principalement une bénévole très active du sud : Sylvie Andres. Elle a réalisé le même protocole sur 31 jeunes Pétrels de Barau échoués.

Les résultats sont édifiants et montrent que plus de 30 % des jeunes Pétrels de Barau testés ne sont pas imperméables. Cette proportion pourrait refléter un problème global dans la population. L’imperméabilité est vitale pour ces oiseaux marins, elle leur permet de survivre en mer et de réguler leur température corporelle.

Pouvez-vous expliquer l’origine de ce problème ?

Pour le moment , absolument pas ! Après avoir identifié les conséquences, nous devons maintenant en comprendre les causes, qui peuvent être multiples. Cette saison, nous nous lançons une étude sur des pathogenèses qui pourrait être a l’origine de ce dysfonctionnement. Mais cela risque de prendre du temps pour comprendre ce phénomène étrange!

 

Connexion
Authentification